Homélies et réflexions de l'abbé Richard Depairon

Homélies dominicales et réflexions de l'abbé Richard Depairon

Ma photo
Nom :
Emplacement : Canada

samedi, décembre 31, 2005

1ier janvier : Marie, Mère de Dieu


Nous fêtons aujourd’hui le début de l’année 2006. L’occasion d’échanger entre nous des vœux de bonheur, de santé, de succès. Formule de politesse ou souhait sincère ? Ça dépend probablement à qui on s’adresse…
Dans la première lecture, il y a aussi des vœux : « Que le Seigneur te bénisse et te garde Que le Seigneur fasse briller sur toi son visage, qu’il se penche vers toi ! Que le Seigneur tourne vers toi son visage, qu’il t’apporte la paix ! » Cet extrait du livre des Nombres présente la formule rituelle de la bénédiction dans l’Ancien Testament. Cette vieille bénédiction remonte au temps de Moïse. Aussi, le risque, c’est de lire ce passage de l’Écriture sans se sentir concerner. Comme un livre qui raconte une histoire d’autrefois, tel un conte ou une fable ancienne…
L’ensemble de la Bible peut être lu avec ce soupçon d’ironie et de scepticisme. Pourtant, à qui sait méditer la Parole de Dieu, la Bible livre une vérité qui dépasse toutes nos espérances. Voyez le livre des Nombres : Sa marche à travers le désert, ses questions et ses doutes face à l’avenir et toujours cette promesse qui les maintient dans l’attente… C’est pareil pour l’histoire de la naissance de Jésus. Récit mythique ou vérité historique ? Comment faut-il lire cet événement ?
L’attitude de Marie nous ouvre la voie. Marie « retenait tous ces événement et les méditait dans son cœur ». Pouvait-elle deviner la plénitude de la promesse qu’elle portait en elle ? En tout, elle fait confiance à Dieu. Elle participe à une intervention divine qui la dépasse infiniment.
Au-delà des récits historiques, se révèle une volonté qui transcende le temps et l’histoire. Quand Dieu intervient dans notre histoire, il change nos vies ! Marie est la figure même de la contemplation. Elle n’est pas la spécialiste qui sait expliquer les choses, elle ne fait pas dans la théorie, mais elle accueille tout, même ce qui ne peut s’expliquer, et fais confiance. Et pourtant, Marie ne retient pas l’attention ; elle la dirige vers son Fils qu’elle reconnaît comme le Sauveur de l’humanité. Ainsi se résume sa vie, quand Dieu a demandé à Marie de croire à l’impossible, elle n’a pas refusé ; quand il lui a demandé de vivre l’impossible, c’est Dieu dans un enfant qu’elle nous a donné.
Là où notre foi peut vaciller, demandons à Marie, Mère de tous les croyants, la force de méditer ces événements à la lumière des Écritures. Qu’elle nous donne la claire vision de ce qu’il faut faire et la force de pouvoir l’accomplir.

-- Depuis le 15 décembre 2004 --