Homélies et réflexions de l'abbé Richard Depairon

Homélies dominicales et réflexions de l'abbé Richard Depairon

Ma photo
Nom :
Emplacement : Canada

jeudi, décembre 01, 2005

2e dimanche de l'Avent, année B

Lectures de la messe

Une vie a préparer ...

« Au commencement »… ce sont les premiers mots de la Bible.
Ce sont également les premiers mots des évangiles de Marc et de Jean. Le parallèle est intéressant : en Jésus s’inaugure donc une nouvelle création. Et le fait est si grand, si nouveau, qu’on le dit Bonne Nouvelle, que l’on traduit aussi par le mot : « Évangile ». Cette annonce de l’évangile est-elle toujours bonne pour nous aujourd’hui ? Nous étonne-t-elle encore ? En un mot : Noël, est-il encore une Bonne Nouvelle ? Voyons d’abord la surprise des premiers chrétiens et peut-être trouverons-nous, pour notre part, une raison supplémentaire de nous préparer à la naissance de Jésus.
Plus que par ses paroles, la figure de Jean Baptiste nous interpelle par tout ce qu’il est. Il attirait la foule et même les princes, il aurait aisément pu jouer au Messie. Il avait tout pour briller, il avait de la crédibilité auprès de ses contemporains et une audace à faire trembler Hérode.
Or, Jean reprend à son compte une annonce vieille de cinq cents ans. Le prophète Isaïe annonçait alors aux pauvres gens déportés à Babylone, qu’allait s’ouvrir à travers le désert une route pour le Seigneur, une libération prochaine, un retour au pays, un monde réconcilié. Reprenant les mêmes mots, Jean Baptiste se fait le précurseur d’un monde nouveau. Mais à quel prix !
Jean crie haut et fort ! C’est qu’il demande autre chose que de s’améliorer un peu, de « faire son possible ». Il proclame un baptême de conversion, un rite où l’homme reconnaît ses péchés, prend conscience qu’il a fait fausse route et choisit de changer de direction pour se retourner vers Dieu. Ce baptême est pour le pardon des péchés, expression large qui inclut une nouvelle relation avec Dieu. Une recréation.
Puis vient l’affirmation centrale de cet évangile, introduite par la description d’un Jean Baptiste convaincu parce que séduit : « Voici venir derrière moi celui qui est plus puissant que moi. Je ne suis pas digne de défaire la courroie de ses sandales. Moi, je vous ai baptisés dans l’eau ; lui vous baptisera dans l’Esprit Saint. » Plonger en Dieu de manière à être transformé de fond en comble, voilà une vraie conversion, un nouveau commencement.
Bref ! Jésus est l’aboutissement d’une promesse qui parcourt toute la Bible. Des siècles de désir, d’attente, de préparation voient le jour en la Personne de Jésus Christ.

-- Depuis le 15 décembre 2004 --