Homélies et réflexions de l'abbé Richard Depairon

Homélies dominicales et réflexions de l'abbé Richard Depairon

Ma photo
Nom :
Emplacement : Canada

jeudi, décembre 08, 2005

3e dimanche de l'Avent

Lectures de la messes


« Soyez toujours dans la joie ! »

Au milieu du temps de l’Avent, le regard se porte sur le chemin à parcourir : encore quinze jours avant Noël !

J’aime la fête de Noël. Elle est pour moi une grande source de bonheur et de réjouissances. Mais ce n’est pas le cas pour tout le monde. Peut-on vraiment être dans la joie à chaque instant ? Quand on est durement frappé, quand un malheur nous arrive, quand quelqu’un que l’on aime est malade, quand une guerre éclate, peut-on encore rester dans la joie et « rendre grâce en toutes circonstances », comme le précise l’apôtre Paul ?
Le Christ lui-même a pleuré en apprenant la mort de son ami Lazare, il a aussi pleuré sur Jérusalem et, sur la croix, il ne riait pas non plus. Alors comment faut-il comprendre cet appel ?
Je pense que la joie dont parlent les textes bibliques, cette joie chrétienne, constante, à laquelle invite en particulier l’apôtre Paul, n’est donc pas une joie qui varie selon les circonstances, mais une joie intérieure, secrète, assez profondément installée au fond du cœur et de l’âme, pour y demeurer toujours.
Cette joie est celle de connaître le Messie dont Jean Baptiste a annoncé la présence. Cette joie repose sur la conviction que nous sommes personnellement aimés de Dieu et que notre vie, quoiqu’il advienne, repose entre ses mains bienveillantes. Cette joie jaillit de la certitude que l’Esprit du Seigneur Dieu est sur nous. Bref ! Cette joie est un don de Dieu.
Jean Baptiste rend témoignage et c’est pourquoi on s’interroge sur sa personne. On le questionne pour savoir qui il est. Curieusement, il ne répond pas en déclinant son identité. Il détourne l’attention de sa personne pour orienter les regards vers Jésus. Il n’est pas un homme du passé, il n’est pas non plus celui qui doit venir, il est la voie qui prépare la venue du Messie.
Comme Jean Baptiste, nous avons, nous aussi, à rendre témoignage à la vérité. On a parfois du mal à exprimer notre foi, on évite souvent de se compromettre pour Dieu. Saurait-on répondre, si on nous interrogeait ? Même les spécialistes de la Bible ont parfois du mal à reconnaître Dieu. « Celui qui se tient au milieu de vous, vous ne le connaissez pas ».
Savons-nous le reconnaître ? Dans sa Parole, dans l’Eucharistie, dans l’Église, savons-nous l’accueillir et révéler sa présence au milieu de nous ?

-- Depuis le 15 décembre 2004 --