Homélies et réflexions de l'abbé Richard Depairon

Homélies dominicales et réflexions de l'abbé Richard Depairon

Ma photo
Nom :
Emplacement : Canada

samedi, janvier 21, 2006

3e dimanche du temps de l'Église, année B


"...Aussitôt, laissant là leur filets, ils le suivirent"

Êtes-vous prêts à parler de Dieu ?
Si on se fie aux lectures de la liturgie d’aujourd’hui, il semble bien qu’il n’y a plus de temps à perdre : « Encore quarante jours » crie Jonas ; le temps est limité, dit saint Paul, demain, il risque d’être trop tard ; la chance e
st à saisir, semble dire Jésus. L’urgence de la mission : voilà le message de ce dimanche.
Quand Jésus apprend l’arrestation de Jean Baptiste, il commence sa mission.
La prudence humaine lui eût conseillé d’attendre, de se faire discret pour ne pas connaître les mêmes ennuis que Jean. Mais, Jésus est poussé par l’Esprit Saint dans cette grande aventure qui se terminera sur la croix.
Jésus commence donc sa mission en Galilée, loin des autorités officielles. Il se distancie de la Jérusalem dite pieuse. Il se rend aux frontières, en Galilée, véritable carrefour des païens, comme autrefois Jonas alla à Ninive. Le déplacement est moins géographique que spirituel : il veut que son message atteigne même les plus récalcitrants. Aujourd’hui encore, le Christ nous envoie en plein milieu déchristianisé. Québec, fleuron de la foi, Montréal, ville aux cent clochers ! Jadis si religieux, notre coin de pays est devenu une terre de mission.
Ce que Jésus annonce reste assez simple : « Le temps est accompli et le Royaume de Dieu est tout proche ; repentez-vous et croyez à la Bonne Nouvelle ». Ce message ne fait plus guère trembler aujourd’hui. Il ne surprend même plus ! Est-ce encore une Bonne Nouvelle ? Qu’y a-t-il de nouveau au juste ? « Le Règne de Dieu » : quelle expression étrange pour nous. Si on voulait traduire celle-ci en termes contemporains, on pourrait dire que le Règne de Dieu c’est l’adhésion au Christ et à son message, pour qu’amour et paix, justice et partage règnent dans le monde. En effet, le Christ rend possible cette rencontre entre Dieu et l’humanité. Rencontre d’autant plus incroyable qu’elle nous ouvre sur la vie éternelle et pas seulement sous forme de promesse, mais ici, maintenant, et nous en goûtons déjà certains fruits.
« Le Royaume est proche », dit-il. En fait, il se fait déjà sentir, mais n’est pas pleinement présent. Y croire implique une conversion, c’est-à-dire un changement profond dans nos attitudes et nos habitudes. L’appel que Jésus lance sur le rivage résonne encore aujourd’hui : « Venez à ma suite ». Cet appel s’adresse aujourd’hui à chacun et chacune de nous.
Enfin, après Jean Baptiste, c’est le Christ qui proclame, mais après le Christ, c’est l’Eglise qui prolonge son message.
En d’autres mots, nous sommes devenus les ambassadeurs du Christ. Et n’allons pas imaginer qu’il n’y a plus d’urgence, sous prétexte que la fin des temps n’est pas pour demain, car il n’est jamais trop tôt pour proclamer la Bonne Nouvelle et pour en vivre. Allons-y, il est encore temps…

-- Depuis le 15 décembre 2004 --